La série "Game of Thrones" a-t-elle tout pris aux "Rois Maudits?" | Les Coulisses de l'Histoire
16285
post-template-default,single,single-post,postid-16285,single-format-standard,ajax_updown,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive

01 Mai La série « Game of Thrones » a-t-elle tout pris aux « Rois Maudits? »

Le 24 avril 2016, la chaîne américaine HBO a lancé la sixième saison de la série « Game of Thrones ».  Des dizaines de millions de téléspectateurs à travers le monde l’attendaient comme le messie. En quelques années, la série est devenue un  véritable phénomène planétaire. Seule une poignée d’irréductibles réfractaires à l’univers fantasy créé par Georges R.R. Martin résiste encore et toujours au visionnage de la série….

Game of Thrones

Petite leçon de rattrapage pour ceux qui ne connaissent pas la série.
« Game of Thrones » (le Trône de Fer en français) est une série qui dépeint les sanglantes luttes d’influence entre maisons seigneuriales pour le contrôle du Trône de fer, siège du pouvoir absolu, dans une contrée imaginaire.

A l’origine de cette série, on trouve, un livre en 7 tomes signé de l’Américain George Martin. Ce que l’on sait moins, c’est que George Martin est un fervent disciple de Maurice Druon l’auteur des « Rois Maudits » qu’il considère comme le meilleur auteur de romans historiques depuis Alexandre Dumas père.

« Les Rois Maudits », c’est une suite romanesque historique écrite entre 1955 et 1977 et qui s’inspire d’un épisode de l’histoire de France. Tous les ingrédients qui font le succès de Game of Thrones (politique, guerre, sexe, magie) apparaissent déjà dans l’histoire des rois maudits.

L’Histoire des Rois Maudits

Au début du XIVe siècle, Philippe IV Le Bel règne sans partage sur la France.Trois fils, tous les trois mariés, assurent sa descendance : Louis de Navarre, Philippe de Poitiers et Charles de France. Quant à sa fille Isabelle, elle est mariée au roi Édouard II d’Angleterre.

Philippe IV Le Bel

                Philippe IV Le Bel

En 1307, le pays est fort mais les caisses de l’Etat sont vides. Philippe IV demande de l’argent au puissant ordre religieux et militaire des Templiers mais se heurte à un refus. Le roi de France décide donc de dissoudre l’ordre pour mettre main basse sur sa richesse. A l’aube du vendredi 13 octobre 1307, le garde des sceaux Guillaume de Nogaret conduit une véritable rafle policière. Cent quarante Templiers sont arrêtés et remis aux inquisiteurs dominicains, qui les font avouer sous la torture, des crimes tels que l’idôlatrie, la sodomie ou la profanation de la croix. En 1312, le pape Clément V ordonne la suppression de l’ordre. Le roi Philippe parvient à récupérer une part non négligeable de leurs biens confisqués.

(Il s’agit ici de la version romanesque telle qu’elle a été racontée par Maurice Druon. La fortune du Temple aurait considérablement fondu à la fin des croisades pour maintenir un semblant de présence chrétienne en Terre Sainte et Philippe Le Bel cherchait plus sûrement à se débarrasser de cet encombrant Etat dans l’Etat qu’à s’enrichir).

Exécution des templiers en présence de Philippe le Bel

Exécution des templiers en présence de Philippe le Bel

En 1314, après sept ans d’emprisonnement, le Grand Maître de l’ordre Jacques de Molay et son associé Geoffroy de Charnais sont condamnés au bûcher au terme d’un procès injuste. La légende (appuyée par Maurice Druon) raconte qu’à l’instant de succomber, Jacques de Molay maudit le pape et le roi, les invitant à le rejoindre dans la mort avant la fin de l’année. Il aurait également maudit la famille royale sur 13 générations. Le pape Clément V meurt un mois plus tard le 20 avril et Philippe IV meurt le 29 novembre. Malédiction du grand maître ou simple coïncidence?

Mais la prétendue malédiction ne s’arrête pas là et va toucher les descendants du défunt roi ! A la fin de l’année 1314, deux belles-filles de Philippe IV sont convaincues d’adultère. La troisième est accusée de complicité. Toutes les trois sont condamnées à être tondues et jetées au cachot. Leurs amants sont roués et écorchés vifs avant d’être décapités puis pendus par les aisselles à des gibets (on ne plaisante pas avec l’adultère à l’époque).

Louis X Le Hutin

                   Louis X Le Hutin

Cet adultère pose un réel problème car Marguerite de Bourgogne, accusée d’adultère, avait donné naissance à une fille Jeanne de Navarre que le nouveau roi Louis X (fils aîné de Philippe IV) considère comme une bâtarde et refuse de considérer comme sa descendance légitime. Ce dernier souhaite même se remarier. Par « chance », Marguerite meurt en 1315 dans son cachot, probablement de mauvais traitements. Il se serait même murmuré à l’époque qu’on l’aurait quelque peu aidé à passer l’arme à gauche.

Devenu veuf, le roi Louis X peut enfin se remarier. Son choix se porte sur la reine Clémence de Hongrie qui tombe rapidement enceinte. Mais le roi meurt pendant la grossesse de sa femme. Il aurait bu un vin glacé alors qu’il était échauffé, ce qui va alimenter la légende de l’empoisonnement dans l’œuvre de Maurice Druon.

Le second fils de Philippe IV, Philippe de Poitiers devient régent de France pendant la grossesse de sa belle-sœur. Elle met au monde un fils qui ne vit que 5 jours sous le titre de Jean Ier (surnommé le Posthume après son décès). La reine, désespérée, se retire ensuite dans un couvent.

Philippe V Le Long

              Philippe V Le Long

Arrive alors un grave problème de succession. Qui doit devenir roi? Philippe de Poitiers, deuxième fils de Philippe IV, ou la petite Jeanne de Navarre âgée de 5 ans, la fille de Marguerite de Bourgogne et de Louis X qui la considérait lui-même comme une bâtarde ? Philippe de Poitiers veut rester au pouvoir. Il convoque alors des États Généraux pour statuer sur les droits de sa nièce. Cumulant les inconvénients d’être mineure et de ne pouvoir défendre sa cause, d’être une fille et de pouvoir par mariage faire échoir le royaume de France en des mains étrangères il conclut au « principe de masculinité » qui devient l’élément essentiel pour la succession au trône de France : c’est la fameuse loi salique qui sera appliquée jusqu’à la fin de la monarchie en France. Dorénavant, les femmes seront systématiquement écartées de la couronne de France. Les féministes peuvent remercier Marguerite de Bourgogne et ses escapades nocturnes…

Philippe de Poitiers devient roi sous le nom de Philippe V le Long (du fait de sa grande taille). Sa femme est toujours enfermée en prison, suite à la complicité qu’elle avait eu avec ses 2 belles-sœurs. Il songe à la répudier un temps, mais se ravise lorsqu’il réalise qu’il perdrait alors la Franche-Comté qu’elle lui avait apporté en dot. Considérant que son honneur de mâle ne vaut pas cette perte, il reprend sa femme Jeanne à ses côtés.  Ils ont 7 enfants ensemble (5 filles et 2 garçons) mais la plupart meurent en bas âge. Quand Philippe V meurt à son tour de fièvre, faute d’héritier survivant mâle, c’est son frère cadet, le 3e fils de Philippe IV Le Bel, Charles qui lui succède. Dommage pour lui car l’une de ses filles aurait pu lui succéder s’il n’avait pas mis au point cette fameuse loi salique… Tel est pris qui croyait prendre !

Charles IV Le Bel

          Charles IV Le Bel

Charles de France, devenu le roi Charles IV ne rappelle pas sa femme adultère. Il fait annuler son mariage par le pape. Il se remarie 2 fois, d’abord avec Marie de Bourgogne (qui lui donne une fille qui ne vit pas) puis avec Jeanne d’Evreux qui lui donne 3 filles. Charles IV meurt en 1328 sans héritier mâle non plus (ça devient une habitude dans la famille).

Se pose de nouveau un véritable problème de succession. C’en est fini de la dynastie des Capétiens qui régnait sur la France depuis plus de 300 ans. La couronne échoit à Philippe de Valois, qui devient Philippe VI. C’est le neveu de Philippe IV et le cousin germain des 3 précédents rois. C’est le début de la dynastie des Valois.

Mais en Angleterre, Isabelle de France, fille de Philippe IV et mariée à Edouard II d’Angleterre a mis au monde un fils : Edouard III qui a 16 ans au moment de cette crise de succession, et qui est en âge de régner. Déjà roi d’Angleterre, il réclame la couronne de France, en tant que petit-fils de Philippe IV le Bel par sa mère. Il met en avant sa descendance en ligne directe. Argument que réfute Philippe VI de Valois qui se sert de la loi salique comme faire-valoir. Ce conflit débouche sur la guerre de Cent Ans entre la France et l’Angleterre.

Malédiction du Grand Maître ou simple coïncidence? Nous sommes en droit de nous poser la question d’autant plus que le roi Louis XVI, guillotiné sous la Révolution Française en 1793 est mort très exactement 13 générations après celle de Philippe IV le Bel.

Je ne peux que vous encourager a lire cette formidable saga littéraire de Maurice Druon, qui n’a rien à envier à Game of Thrones, ou du moins à regarder l’une de ses adaptations cinématographiques. La première date de 1972 et a été réalisée par Marcel Jullian et Claude Barma.

La seconde, plus moderne, a été réalisée par Josée Dayan en 2005 (cf. visuel ci-contre). On retrouve dans le casting Gérard, Julie et Guillaume Depardieu, Jeanne Moreau, Philippe Torreton et Julie Gayet.

Crédit photo de couverture : © HBO/AFP/ JEAN-PIERRE MULLER

2 Comments
  • Rwollande
    Publié à 08:44h, 11 mai Répondre

    Très bon article chère Marie ! Au plaisir de vous relire très prochainement ….

    • Marie
      Publié à 09:29h, 11 mai Répondre

      Merci très chère Rwollande 😉

Post A Comment