13 octobre 1131 - Philippe de France, héritier du trône, est tué par un cochon | Les Coulisses de l'Histoire
16542
post-template-default,single,single-post,postid-16542,single-format-standard,ajax_updown,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive

13 Oct 13 octobre 1131 – Philippe de France, héritier du trône, est tué par un cochon

Drôle de destin que celui de Philippe de France tué à l’âge de 15 ans par un porc.

Un jeune prince capétien associé au trône de France dès l’âge de 13 ans

Né en 1116, Philippe de France est le fils aîné du roi Louis VI le Gros et de la reine Adélaïde de Savoie. A l’âge de treize ans, il est associé à son père sur le trône de France et sacré à Reims le dimanche 14 avril 1129. En effet, à l’époque, les rois capétiens font sacrer leurs héritiers de leur vivant afin d’assurer la continuité dynastique et éviter ainsi des querelles de succession après leur mort.

Un fatal accident

Le 13 octobre 1131, alors qu’il traverse à cheval les rues d’un faubourg de Paris, un cochon se jette dans les pattes de sa monture. Le cheval, apeuré, se cabre. Philippe tombe et s’assomme sur une grosse pierre. Transporté d’urgence dans une maison voisine, le jeune prince décède peu après des suites de ses blessures. Il est inhumé le 17 octobre à la basilique de Saint-Denis. Son frère cadet, Louis, âgé de 11 ans, est sacré à Reims le 25 octobre suivant. A la mort de son père en 1137, il devient le roi Louis VII. La même année, il épouse la célèbre duchesse Aliénor d’Aquitaine.

Les conséquences du drame

Alors qu’au XIIe siècle, de nombreux cochons déambulaient dans les rues de Paris où ils jouaient le rôle d’éboueurs, il semblerait que cet accident soit à l’origine de l’interdiction de la divagation des porcs dans les rues, les marchands porcins ayant désormais pour obligation de garder leurs animaux dans des enclos.
Le médiéviste Michel Pastoureau dans son ouvrage Le roi tué par un cochon va encore plus loin dans les conséquences de cet accident peu banal. Selon son interprétation, cette mort aurait poussé sur le trône  un roi médiocre, peu préparé au gouvernement, puisque son père lui réservait une carrière ecclésiastique. Faible de tempérament, il connaît un échec retentissant lors de la deuxième croisade (1147-1149) ainsi qu’un éprouvant divorce avec Aliénor d’Aquitaine en 1152. Cette dernière épousera d’ailleurs en secondes noces Henri Plantagenêt et apportera en dot ses terres fertiles à l’Angleterre.
Enfin, toujours selon Michel Pastoureau, cette mort déshonorante pour la dynastie, à cause d’un animal domestique considéré comme sale et impur, aurait poussé le roi, à choisir comme emblème dynastique la sainte Vierge et ses attributs : la fleur de lys et le bleu, afin de laver l’affront porcin. Et c’est donc à cause d’un cochon vagabond que le bleu serait ainsi devenu l’emblème des rois capétiens, avant de devenir plus globalement la couleur de la France par excellence.
Photo de couverture: détail de la 1ère de couverture de l’ouvrage de Michel Pastoureau Le Roi tué par un cochon.
1Comment
  • Jibus
    Publié à 22:27h, 20 octobre Répondre

    Très bon article. Bravo ! On attend le prochain avec impatience.

Post A Comment